Mon penchant pour la procrastination me pèse vraiment... C'est décidé, demain j'arrête.

samedi 27 novembre 2010

Je crois que ça va pas être possible.

L'Equipe de France ?
Les entraîneurs ?
La Fédé ?
La Ligue ?

Pas invités, pas invités, pas invités...

Désolé, au delà de cette limite, votre carton n'est plus valide.

Revoyez-moi tout ça de fond en comble et essayez encore.

Babas

Me suis régalé ce soir devant France 4 à voir jouer les Barbarians. D'abord parce que le match était chouette, très disputé : un score de misère à la mi-temps, un vrai combat entre deux équipes qui rivalisaient, jusqu'à ce que nos Babas (Baa-baas c'est un peu trop anglophone à mon goût comme sobriquet) fassent péter le champagne grâce notamment à "Jeroboam" Caucaunibuca qui après s'être fait plaquer in extremis, et retourner sur le dos, repassa sur le ventre, et tendit les bras jusqu'à la ligne. Aucun doute n'est possible : il n'a pas rampé. De même que Garfield parfois ne peut se déplacer jusqu'à sa gamelle parce que ses pattes ne touchent plus par terre, de même Rup's sur le ventre ressemble plutôt à une tortue sur le dos qu'à Kaa. Pas top pour ramper.

Bon je rigole, mais c'était quand même la seconde fois de la partie qu'il passait derrière la ligne, et si son essai de la première mi-temps a été refusé, c'est pour une faute de main sur le temps de jeu précédent, parce que lui avait vaguement oublié tout le monde en deux coups de cuillère à pot (de confiture).

Il n'a fait que ça de toute la partie, lourdingue en défense, balourd dans ses passes... juste deux actions. Bon, j'en connais qui doivent pas être pressés qu'il retrouve la grande forme.

Tiens ! à propos, un qui tient la grande forme, c'est notre ami commentateur M.L...
Emballé c'est pesé, il klaxonne "oh la la  les tongiens explosent comme du pop-corn !" 15 secondes après Vungakoto Lilo était entre les poteaux, 15 minutes après les Tongiens après deux beaux essais de plus prenaient le score.

Eh oui, c'est un dur métier.

mardi 23 novembre 2010

Envoyé spécial



(Stade Suzanne Glagla (Paris 15°), ce dimanche 20 novembre)

En français traduit du patois nissart, sekayer (verbe du quatrième groupe, à la conjugaison légèrement tremblotante) signifie "jouer en déplacement" :
  • je msuikayée à Saint-Etienne
  • tu tékayée à Nancy
  • elle sékayée à Paris
Le verbe, malgré l'irrégularité flagrante de sa conjugaison, sert beaucoup aux Pitchounettes du RNCAUR quand elles consultent le calendrier de la saison.

Il se conjugue également au futur :
  • nous noukayrons à Lyon
  • vous voukayrez à Nanterre (le long de la main-courante)
  • elles sekayront à Sélestat et en Savoie
Franchement, même les plus cons des cons de rugbymen poilus qui rigolcomdékon (bon j'arrête) dès qu'on parle de rugby de filles auraient pu comprendre ce dimanche après-midi à Paris que pour jouer ce championnat de Fédérale I à 1500 km par week-end, sur les mêmes improbables terrains que les leurs, par 5°C avec un léger vent diffusant un agréable crachin, il faut aimer le sport. 
Ce sport. 
Ce dimanche-là comme les autres, c'était ce même sport.
Avec des soutien-gorge,  c'est du rugby, c'en est encore, qu'on se le dise.
Avec les mains bleues de froid recroquevillées à l'intérieur des manches quand le ballon s'éloigne.
Avec les bras écartés du corps et les épaules à la hauteur des oreilles comme mon pote gardien de but à qui on disait "Jojo, lâche tes seaux" quand il faisait le poireau dans la gadoue glacée...
Avec le spray réfrigérant projeté sur les muscles martyrisés. (argh)
Avec le carême glacé du banc des remplaçantes.
Avec des chocs des cris des valises et des cartons, avec des chauvins là où il faudrait du vin chaud.
Avec des débordements divers, des tentatives qui finissent par des essais, et des essais qui échouent, et des supporters qui sont chou, aussi, des fois.

Bref, Paris XV a battu Nice. ( le score ? je viens de le dire : Paris 15, Nice 0)

Mais les niçoises auraient pu en prendre plus, si elles avaient lâché le morceau une fois le match perdu, ce qu'elles n'ont pas fait. Elles ont pris leur troisième essai sur une "contre-attaque contrée"... et auraient mérité de concrétiser dans les dernières minutes une belle avancée jusqu'aux abords de la terre promise. 
Mais elles n'ont pas marqué parce qu'en face les parisiennes étaient arc-boutées pour ne rien lâcher, même menant 15-0 à la 77ème.

La compétition c'est ça, et peu importe tout le reste.

Mais au fait, me direz-vous "que faisais-tu, Pascalou, si loin de tes bases castanéennes, à te cailler les miches au au bord de ce paillasson géant (un ancien habitué du lieu m'a demandé : il restait un peu d'herbe, en novembre à Suzanne Lenglen ? ben oui, plein, maintenant elle est en plastique vert...) ?"

C'est simple : je suis le Président du Fan-Club de Petite Ailière...

Alors j'assume , et c'est promis je reviendrai.

Petite Ailière "dans le dur"...









jeudi 14 octobre 2010

Politiquement incorrect


Dans mon job, les clients sont souvent des enfants et des ados.
L'un d'eux, pourtant vêtu d'un maillot du SUA L&G me le disait ce mardi : moi je joue au foot, mais au rugby c'est mieux l'ambiance...

C'est entendu, c'est admis, c'est intégré : le rugby c'est bien (le foot c'est caca).

Au rugby, professionnel ou pas, pas question de se la jouer perso, les vedettes se font vite déballonner si elles laissent tomber le collectif, les équipes se forgent dans la solidarité de la sueur et de la douleur... Pas question de laisser tomber les copains ni sur le terrain ni avant ni après.

On ne sert pas d'autre discours aux équipes de jeunes dans mon club préféré, of course.

Alors forcément, comment dire, j'ai un peu de mal à l'avouer : Rupeni Caucaunibuca revient jouer en France et ça me réjouit totalement...

N'étant ni son agent ni son entraîneur, j'ai toujours porté un regard amusé sur ses frasques abondamment relatées dans mes organes de presse favoris. Au stade ou nous en sommes (Toulousain, le Stade, oui je sais c'est facile) une question se pose : qu'est-ce qu'un branleur pareil fait encore dans un sport professionnel ?

Ben il joue.
Et, hem, à la grande confusion des éducateurs de tous bords (au nombre desquels j'ai l'immodestie de  me compter) il joue plutôt mieux que les autres, malgré qu'il soit totalement étranger à la notion de rugby professionnel, de contrat, de diététique, de tout ce que vous voudrez... le type, il est doué pour jouer au rugby, il joue au rugby, il gagne de l'argent comme ça après il rentrera chez lui et puis voilà. Et chez lui je ne sais pas si il est plus gérable que chez nous : il s'est fait virer aussi de l'équipe des Fidji.

Pas intéressant, en gros, (désolé) comme mec.
Mais.
Si j'ai connaissance d'un match visible dans un stade ou à la télé, et si je sais qu'il joue, je suis là.
Dans l'attente (non c'est pas du camping).
Il y a une tension, une excitation quand il est sur le terrain (lui et quelques autres, très rares, des SBW y'en a pas tous les dimanches). La tension, elle est aussi chez les trois-quarts d'en face, il faut bien dire.
Moi, spectateur, j'attends un truc, et ça augmente mon plaisir dans des proportions considérables : Caucau = suspense !

Les courses folles de ce père dodu décidément pas exemplaire l'ont à mes yeux déjà fait entrer dans la légende du rugby, et ses dérapages hors du terrain nous ramènent aux histoires folles des rugbymen fêtards d'avant la télé, la diététique, et les contrats pro avec clauses de résiliation et droit à l'image retouchée.

Dans quelques semaines, c'est sûr, je serai aux Sept-Deniers (si il reste une place) pour applaudir le tas de saindoux le plus rapide du monde.













(image trouvée sur le site du figaro, illustrant la victoire d'Agen sur le LOU pour la remontée en top 14)




jeudi 16 septembre 2010

(d') Hommage

Les albanais (Shovinizëm), les allemands (Chauvinismus), les anglais (Chauvinism), les arméniens (Շովինիզմ), les azeris, (Şovinizm), les biélorusses (Шавінізм), les bulgares (Шовинизъм), les catalans (Xovinisme), les coréens (쇼비니즘), les croates (Šovinizam), les danois (Chauvinisme) (se sont pas foulés, ceux-là), les espagnols (Chauvinismo), les estoniens (étonnant, non ? ) (Šovinism), les gallois (Siofinistiaeth), les georgiens (შოვინიზმი), les grecs (Σωβινισμός), les hongrois (Sovinizmus), les indonésiens (Sovinisme), les islandais (Chauvinism), les italiens (Sciovinismo), les japonais (ショービニズム), les lettons (Šovinisms), les lituaniens (Šovinizmas), les macédoniens (Шовинизам), les malaisiens (Sovinisme), les hollandais (Chauvinisme) (voir : danois), les norvégiens (Sjåvinisme), les polonais (Szowinizm), les portugais (Chauvinismo), les roumains (Şovinism), les russes (Шовинизм), les serbes (Шовинизам), les slovaques et les tchèques, (chacun de leur côté, sans doute) (Šovinizmus), les slovènes (Šovinizam), les suédois (Chauvinism), les africains qui parlent le swahili (Chauvinism), les philippins qui parlent le tagalog (Tsowinisma), les turcs (Şovenizm), les ukrainiens (Шовінізм) et j'en passe (si, si, je vous assure, j'en passe) :


Tous célèbrent la mémoire glorieuse de Nicolas Chauvin *, soldat-laboureur et héroïque grognard, qui a fait plus pour le renom de la France dans le monde que tous les locataires du Quai d'Orsay depuis au moins trois Républiques...


Tous les stades du monde célèbrent haut et fort le culte de l'intrépide Superdupont ** et toutes les nations se sont empressées d'intégrer le mot (et le concept qui va avec...) 


Bon, d'accord, je viens tout juste d'apprendre cette semaine en écoutant "La fabrique de l'Histoire" qu'il était à l'origine du truc, -et en même temps qu'il n'avait jamais existé...


N'empêche, le père du chauvinisme a laissé beaucoup d'orphelins, tous volontaires pour ranimer l'oriflamme du soldat incongru.









*"Nicolas Chauvin, né à Rochefort, soldat à dix-huit ans. A fait toutes les campagnes, 17 blessures, toutes par devant, 3 doigts amputés, une épaule fracturée, front mutilé, sabre d'honneur, ruban rouge, deux cents francs de pension..." (Arago) (non, pas celui du boulevard, son frère)


** Seuls les suppôts de l'Anti-France me reprocheront l'anachronisme.

mercredi 25 août 2010

Coupe du monde féminine

Bonne nouvelle : le site de la FFR a été mis à jour le lendemain de mon billet précédent... Je n'aurai pas la prétention d'en tirer des conclusions !
Voici donc quelques liens vers l'actu de la compétition en cours :

http://www.ffr.fr/index.php/ffr/historique/2010/france_feminine__15

http://www.ffr.fr/index.php/ffr/historique/2010/france_feminine__20

Un effort à encourager...

Allez les petites !

Mise à jour de jeudi matin : suite au commentaire déposé par Frédéric, (voir ci-dessous) je vous donne les liens qu'il nous propose et qui ne fonctionnaient pas dans le commentaire pour une raison mystérieuse...

Le tableau un peu caviardé

La Coupe !

dimanche 22 août 2010

Toujours aussi nuls

Je ne vous le cache pas, la fédé m'énerve un peu en ce moment (voir plus bas)

Par exemple je viens de passer la moitié de l'après-midi à remplir des formulaires de mutations purement administratives pour que les cadets de l'entente Castanet-Ramonville puissent devenir les cadets de Castanet tout court. Passionnant. Mais bon, admettons, les procédures administratives ne sont pas faites pour gérer les exceptions.

Pour me changer les idées, je fais le tour des nouveautés de mes blogs favoris, et parmi eux celui de Gabrielle :

Eh ben oui, je le lis, je doute, je vais voir, (je suis un peu comme St Lièvremont Castaignède Thomas) et là je le crois :

OU PLUTÔT JE LE CROIS PAS ! un clic sur l'imagette ci-dessous et vous aurez la copie de page "Equipe de France Féminine" de la FFR copie réalisée ce soir à 19:45.

On est en pleine Coupe du Monde. (Si, si, je vous assure) !

 Le dernier billet est du mois de mai 2010.









AU SECOURS !!!

samedi 21 août 2010

jeudi 19 août 2010

Boîte à gifles ou têtes à claques ?


Je n'ai pas cherché très loin pour le titre, désolé. Mais ça ira comme çà jusqu'à ce que je trouve mieux...

J'ai appris ce soir que le Lille Métropole Rugby avait obtenu gain de cause et était réintégré dans le championnat de Fédérale 1 de rugby par le Tribunal Administratif.
Je ne connaissais pas jusqu'à ce jour le conflit qui les opposait à la DNACG et à la FFR (même si je me suis renseigné depuis), et donc vous me permettrez de ne pas juger sur le fond.

Voici ce qu'on pouvait en lire dans La voix du Nord :
"Le tribunal administratif de Lille a rendu son verdict aujourd'hui dans l'affaire opposant le club lillois à la Fédération Française de Rugby à propos de la rétrogradation en Fédérale 2 du club lillois.
Donné gagnant, le LMR devrait donc être réintroduit en Fédérale 1.
La fédération a jusqu'à lundi pour appliquer la décision sans quoi elle sera condamnée à verser 7 500 euros par jour de retard dans l'application de la décision du tribunal."

En conséquence de quoi le Lille Métropole Rugby a été versé dans la poule 4 de ladite Fedérale 1.

QUOI ? la poule 4 ? et pourquoi la poule 4 ????

Quesquecé que ces conneries ???

Pourquoi le club le plus ch'nordiste est-il intégré à la poule la plus au sud ? (Morlaas, Oloron, Mauléon, Figeac, Cahors, Tournefeuille, Castanet, Lannemezan, Lourdes, Orthez, Saint-Jean-de-Luz, Tyrosse)

Pourquoi pas dans la poule 1, par exemple ? (Suresnes, Bobigny, Massy, Cergy-Pontoise, Strasbourg, Orléans, Nevers, Montluçon, Dijon, Macon, Bourg-en-Bresse, Annecy) ou la poule 3 (les clubs de l'Ouest) ou la poule 2 (ils ont le TGV...) ?

Et, bien, ne nous énervons pas, je vais tout vous expliquer. 

Ainsi que j'ai pu le lire dans la République des Pyrénées

"(la FFR) justifie ce choix par équité sportive, du fait que « cette poule comporte 2 repêchés qui avaient récupéré les places laissées vacantes par les Lillois et Marsellais, et qu'elle était la solution la moins dérangeante pour les autres clubs." (fermez les guillemets).

Eh ben voilà nous y sommes, c'est l'équité sportive qui est convoquée pour justifier le fait que des abrutis de la FFR sont vexés comme des poux d'avoir été déboutés par la justice de la république. (On va quand même pas se soumettre à des lois qu'on a pas édicté nous-mêmes ? on est déjà assez emmerdés par les anglais...)

Ces gens-là ne supportent pas que le Tribunal Administratif de Lille leur mette le nez dans leur caca (mou) et ont donc décidé de punir les vilains lillois en les envoyant jouer "à Pimpos" (ou à Pampérigouste, ou à Dache) tous les dimanches.

Passe encore qu'ils s'écharpent entre eux s'ils sont fâchés. S'envoyer des gnons à 1 contre 1 ça n'a jamais affolé un arbitre, mais il ne faudrait pas que ça tourne à la générale :

Pasque les victimes collatérales, c'est nous. 

Quand je dis nous, c'est Castanet entre autres, of course, et les autres, tous les autres. Et encore plus les autres, parce qu'en l'occurence c'est pas nous les plus pénalisés.

D'accord on va devoir soustraire de notre budget ultra-slim 800 bornes aller-retour de déplacement inutile et imprévu. 
D'accord on va devoir se coltiner un club à gros moyens et petit public...
D'accord dans la poule on sera 13 et 4 qui descendent au lieu de 3... 
Mais on a quand même de la chance, car le 11 novembre, on sera exempt. 
Voilà : c'est le bon côté des poules de 13, qui par ailleurs auraient plutôt tendance à porter malheur : parfois on est exempt. 
Nous c'est le 11 novembre, et on peut considérer ça comme un avantage concurrentiel, vu que les autres clubs de la poule joueront les 7, 11 et 14 novembre (Lourdes à Lille le 7, Morlaas le 14...). C'est ça le rugby amateur.

Equité sportive.

Finalement, j'hésite, pour le titre du billet. Fédération Française du Ridicule, ça serait peut-être pas mal.









mercredi 11 août 2010

Toulouse-Agen, 94 ans après...

Un bon vieux Toulouse-Agen, ça me manquait, à moi.




Certes je suis un Lot-et-Garonnais qui vit en Haute-Garonne, mais ce n'est pas une raison suffisante. Il faut bien être né quelque part : aussi bien je connais des hollandais, voire même des finlandais, qui ne frémissent pas d'un poil (blond) à l'annonce d'un Dax - Mont-de-Marsan... Pouf, pouf.

Mais bon, les deux clubs sont centenaires, et l'affiche est prestigieuse !

D'en avoir été privés ces derniers temps nous la faisait désirer encore plus. L'occasion était belle d'évoquer les premières confrontations entre ces deux phares du rugby garonnais (sans vouloir vexer bèglais et bordelais, qui ne leur cèdent en rien en matière d'ancienneté).

A ma grande surprise je n'ai pas trouvé trace d'une participation d'Agen au Championnat de France avant 1921 (année de la première organisation par la toute nouvelle FFR), et pour ce que j'en sais le premier choc de championnat entre Toulouse et Agen date du championnat 1924-1925, ou les deux clubs étaient dans la même "poule de 5"... (si je me trompe, corrigez-moi !)

Et pourtant, les frères ennemis avaient déjà eu l'occasion de croiser le fer, et même de faire, comme cette année l'ouverture de la saison !

C'était en 1916. Pas de championnat cette année-là, pour cause de boucherie généralisée. Mais la Coupe de l'Espérance mettait aux prises des équipes bâties avec des jeunes joueurs non encore mobilisables, (en fait pour la plupart des "juniors"...)

Mieux : l'hebdo "Rugby" (ça ne vous rappelle rien ;-) ? ) sis à Toulouse, 1 place Matabiau, relatait par le menu la vie difficile du rugby en temps de guerre.

C'est ainsi que le numéro 1 de la revue annonce en ouverture de la saison, le 8 octobre 1916, aux Ponts-Jumeaux à 2 h. 1/2 un Grand Match de Football Rugby entre le Stade Toulousain ("Champion de France" en titre) et le Sporting Union Agenais... (lire en première et dernière pages, et dans le numéro 2, le résultat du match !)

Rugby. Hebdomadaire sportif

Je vous invite vivement à découvrir, d'un bout à l'autre de ce "Rugby Hebdo" d'un autre temps, la vie des comités régionaux et des clubs, les bonnes et les mauvaises nouvelles des joueurs sur le front, jusqu'aux frasques des permissionnaires... Sans oublier les réclames (sans blague, les nouvelles Darracq sont VRAIMENT bien !)

Tous les numéros de "Rugby" sont disponibles sur Gallica !

Bonne lecture, et bon match...

lundi 21 juin 2010

Junk Food




















En fait, je m'en foot, mais ça me fait de la peine pour ceux qui aiment ce sport...

Et pis j'aime bien m'amuser avec mon logiciel de traitement d'images !

vendredi 18 juin 2010

Saint-Dié terre de rugby (suite)



"No scrum, no win", la mêlée de mon 2°ligne déodatien préféré était plus soudée que celle d'en face.
Ils ont gagné leur match.

Bon appétit !


mardi 15 juin 2010

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Football Rugby...



Je ne le répèterai jamais assez : on ne perd jamais son temps sur Rugby-Pioneers !

Je vous invite donc à découvrir ce billet sur les pionniers du journalisme sportif, (qui nous montre en passant que l'analyse statistique de notre sport favori avait commencé bien avant que nos entraîneurs ne prennent la charmante habitude de se réchauffer les genoux pendant les longs après-midi d'hiver avec leur ordinateur portable en guise de bouillote...)



Mon penchant naturel pour le Wwilfing (mon autre sport favori...) en était tout titillé, et une petite recherche sur les écrits de Fernand Bidault, l'un des pionniers haut-perchés ci-contre, m'a amené tout droit sur le site de Gallica, la base de donnée en ligne de la BNF, et sur le numéro daté du 15 février 1908 de "Je sais tout".





Fernand Bidault y signe ce délicieux article de vulgarisation sportive : "Ballon rond, ballon ovale" Tout à la gloire du Football (Association et surtout Rugby).
Où l'on apprend, entre autres,  au fil des pages et des illustrations,
  • "qu'on ne peut pas plus jouer au football dans un jardin où il passe des nourrices et des sénateurs qu'on ne peut faire de la bicyclette dans un salon"
  • que "certains publicistes ont mérité d'être définis : des gens qui écrivent mal de ce qu'ils ignorent"
  • que "personne n'a songé à introduire en France (le football américain) qui répugne à la délicatesse européenne"
  • qu' "à mesure qu'on constate qu'il est sans danger comme les boites de couleurs pour enfants, le jeu conquiert de nouveaux adeptes, même au sein des familles" 
  • que l'on faisait de beaux plaquages à deux dès 1908, et que la cravate se portait déjà fièrement sur les terrains :



















L'article est consultable ici sur le site de la BNF, pages 107 à 116


Mise à jour du 22 juin : et de plus vous retrouverez dans les commentaires ce lien mis à disposition par Frédéric qui s'est procuré l'édition papier de la revue, et l'a scannée pour nous. Merci !

Bonne lecture :o)

jeudi 10 juin 2010

Saint-Dié, terre de rugby

Ainsi que le faisait remarquer à fort juste titre mon excellent confrère blogueur d'"USAP petit côté" les Vosges sont aussi (un peu) une terre de Rrubi. Et il n'est donc pas étonnant de retrouver dans les (rares) clubs locaux les plus beaux caractères - je veux dire les plus belles têtes de cochon - de ces contrées.

Ainsi, et sans trahir l'aspect collectif du furieux ruck qui se déroule en ce moment même du côté de Saint-Dié des Vosges, et autour duquel il me semble discerner pas mal de hors-jeu, je ne puis que vous inviter à soutenir l'action du deuxième ligne dont vous pouvez admirer la parfaite plastique sur la photo (juste au milieu !)














Il y a danger en effet de voir s'étioler cette magnifique paire de fesses...

La suite (et le début) à lire ici


vendredi 4 juin 2010

Marie et les Pitchounettes

Ce dimanche à Berre les Pitchounettes (l'équipe féminine de Nice) affrontent Béziers en finale du Championnat de France de 2° division.

Cette équipe m'est chère car c'est celle de Petite Ailière :)

C'est aussi l'équipe de Marie, qui ne jouera pas dimanche. Pourquoi ?
Lisez ce billet sur le blog Nice Rugby : Marie à tout prix...

Allez les Pitchounettes !!!

mardi 25 mai 2010

Google Earth RFC (suite)

Rappel des épisodes précédents :

PAATW, notre héros, après avoir exploré les pelouses rugueuses du "pitch" d'Ushaïa était reparti flamberge au vent à la recherche du terrain de rugby le Plus au Nord du Monde Chrétien.
A croire qu'il s'emmerde au boulot.
Eh ben en plus il l'a trouvé (sans doute peut-être). Enfin non, pas le terrain mais le club, et c'est déjà pas mal. Et en plus c'est dans l'actu ! et y'a des images !

Freetime Machos, un film qui a pour cadre l'équipe d'Oulu en finlande, "le club le plus septentrional et l'un des trois plus minables du monde"... la bande annonce est dispo ici, Y'a même un blog, bien sûr.

65° nord, ça doit commencer à piquer en février... Mais c'est facile à trouver : tapez Oulu dans Google Earth.

Et voici le site du club, pour ceux qui maîtrisent le finnois : OYUS RUGBY

Bon voyage. (N'oubliez pas vos gants)

lundi 24 mai 2010

GERFCWT


Vous aimez 1: le rugby 2 : glander sur Google Earth ? alors ceci est pour vous.

C'est bientôt la saison des tournées internationales.

Voici donc le "Google Earth Rugby Football Club" WORLD TOUR !

Vous n'avez pas encore installé Google Earth ? alors faites-le tout de suite et préparez-vous à wwilfer.

Ce billet va vous balader : je vous conseille de télécharger ce fichier et de l'ouvrir avec Google Earth, vous aurez tous les lieux visités sous la main. (Si vous ne voulez pas installer GE, cliquez sur les images pour les agrandir)

C'est d'ici que tout part :





Nous sommes le 2 juillet 2006, à Castanet-Tolosan, riante cité du Lauragais, parachutés en plein milieu du "Complexe sportif de Lautard" (note de l'auteur : moi aussi, j'ai un complexe sportif, mais pas du même ordre).
Bon, vu d'avion, c'est pas mal, on peut même se rendre compte que les champignons sont d'accord : voir les ronds de sorcière sur le terrain d'entraînement -celui de gauche. Enfin, c'est parce que les champignons ont dû signer le sous-seing un jour de juillet, parce qu'au mois de février il vaut mieux pas qu'ils essaient de sortir.


On voit bien le tracé des terrains des benjamins pour le Tournoi de l'Autan, qui a eu lieu le jour de la finale du top 14... Les poussins et les mini-poussins étaient sur le stade de foot, les minimes sur les terrains de Ramonville (L'EDR est en "entente" avec le club voisin, excusez les guillemets ;o)).


Mais bon, cela dit, c'est quand même un peu pourri, comme ambiance, le matin du 2 juillet 2006 à Castanet.


Allez, tant qu'à glander sur Google Earth, allons glander plus loin :




A Anglet par exemple.


Excellent exemple ! A l'heure ou j'écris ces lignes avec mes gros doigts malhabiles, les minots de l'Entente (donc) Castanet-Ramonville guerroient sur ces terrains contre tout ce qui se fait de mieux de ce côté-là du sud-ouest... 


Sur Gougueule, Anglet c'est déjà plus animé que Castanet ! au moins ils se passe quelque chose. Je sais pas quoi, mais bon, on pourrait se renseigner : que faisiez-vous sur le terrain de Rrubi d'Anglett le 3 septembre 2006 ? comme je suis pas du genre fouille-m... je me garderai bien de pousser plus avant les investigations. Chhhuuut ! les satellites nous regardent... Si j'avais su ça quand j'étais gamin, et qu'on essayait de me faire croire que le Bon Dieu me voyait quand je faisais le con, ça m'aurait peut-être rendu plus religieux... Trop tard. 
En attendant, notre Grand Frère G.E. nous photographie, ou plutôt, il nous montre les photos qu'"on" a pris de nous, ce qui n'est pas exactement la même chose. Profitons-en ;o).


Anglet-Halifax direct sur RugbyJet : 





c'est en wwilfant que je suis tombé sur cette photo, et à partir de là que je me suis mis à la recherche de ce genre d'instantanés. La photo que vous voyez date de 2002, pour la voir sur GE il faut utiliser la machine à remonter le temps (la petite horloge). Vous constaterez ainsi que le 30 mai 2009, il ne se passe RIEN. Mais que le 17 juillet 2006, le jardinier bossait, et que le mardi 5 mars 2002, visiblement y'avait entraînement au Shay Stadium pour le FAX (le Halifax RLFC, club anglais de rugby à XIII)...


Ce qui est chouette sur GE, c'est que les billets d'avion sont pas chers... 





Direction Galway, la porte du Connemara... Flûte, on est arrivés trop tôt, le match est pas commencé, les tribunes commencent juste à se remplir... On s'en boit une en attendant ?



On va pas rester là à poireauter, cap à l'ouest, direction Dublin : 



coup de bol on y arrive le 20 septembre 2008, un samedi aprème et il fait beau ! autant dire qu'il y a du sportif sur le pré ! tiens, en voila des qui :
  -jouent



Zut c'est des fouteux. Quoique ? la cage de buts fait un ombre bizarre, genre "lettre H"... Bon allez, on est en Irlande, c'est du football gaëlique ! le sport numéro 1 ! (attention, y'a aussi le Hurling, et bien sûr le Football Association, et en cherchant bien même le Rugby Football :

  -jouent au rugby,



 on en trouve quand même, comme ici au Donnybrook Stadium, le stade du Leinster pour les matches de la ligue celte :



-s'entraînent 


entre des dizaines de plots super bien alignés mais comment y font MAIS COMMENT Y FONT ???? :
  

-rendent le foot beau


comme je l'aime : 23 taches de couleur autour d'un ballon, pas davantage de spectateurs,  et du soleil pour les changer en petits soldats de plomb de mon enfance 

  -ont tracé les terrains en sortant du pub. 



 Comment on dit "un peu de guingois", en gaëlique ? 
  

-discutent en rond


(pourtant pas des footeux, ceux-là) :
  

-broutent 


(nous sommes à 3,3 miles de Landsdowne Road ! ) 



Et plus loin ? 
Pareil : 
  -Un tournoi de gamins à Perth : (nous, on marche pas les pieds collés au plafond comme down under, mais ça nous arrive aussi d'organiser des tournois de gamins à perte)



(bonjour la fourmilière !) (sur GE il faut revenir à la date du 7 juillet 2006)



-Un match à Wharemoa, sur l'île du sud de Nouvelle-Zélande. 


Bizarre, c'est très dur de trouver des matches en cours en NZ, simplement parce que Google n'y montre que très peu d'images prises un samedi ! (et souvent en basse définition)

  -Le terrain de rugby le plus au sud de Nouvelle zélande ! 


sur l'île Stewart, 400 habitants... Vous pouvez suivre ce lien vers les photos de l'empoignade annuelle entre les Maoris et les Pakehas... Sympa.
  

- Le terrain le plus au sud tout court, maintenant : 


à Ushuaia, bien sûr. A noter qu'on trouve sur le Net des photos de matches joués sur la banquise de la station de McMurdo, mais le terrain n'est pas localisable ! Pour le terrain le plus au nord, il me reste tout le Canada + la Russie à explorer, je m'y met demain ;o) . 
  

-Un stade pas trop plein au Japon

  


  Une partie de rugby aux Fidji :


Et puis bon, ça commence à bien faire, retour à Castanet (ou pas loin) avec ce terrain en forme de 3° mi-temps :o)


Allez il fait soif, il est temps d'en partager quelques-unes et après on danse !


jeudi 6 mai 2010

Petites annonces




Comment c'était trop bien les vacances ! je vous raconte même pas, ça serait trop cruel.

J'en ai profité pour lire plein de petits bouts de l'Os à Moëlle,  mais pas tout pour cause de maxi-flemme... Parmi mes morceaux préférés y'avait les petites annonces : ce qui suit est du plagiat pur et simple !


Offres d'emplois

Club Fed.1 à budget serré cherche 3° ligne type Sébastien Chabal. (Sébastien Chabal s'abstenir)

Demandes d'emplois

Demi d'ouverture reconverti en premier centre puis décalé en second centre, jouant actuellement à l'aile, cherche emploi de juge de touche.

Cause changement de sexe, entraîneur cherche place d'entraîneuse .

Seconde ligne complexé cherche club sans ambition.

Occasions

A céder, très utile pour entraîneur : deux bras levés au ciel pour hors jeux non signalés, 45 € la paire. Le modèle "bras levés à mi-hauteur" pour en-avant oublié, 30 €.

Pléonasmes, fabrication française, beaucoup servi mais t.b.e., conviendraient pour journaliste audio-visuel : 0,12 € pièce. S'adresser ici. (Faire un essai de tentative pour me contacter moi-même en personne).

Irremplaçable pour répondre aux interviews, les commentaires en kit :

Modèle "avant-match"
-"On ne lâchera rien" 12,00 €
-"La pression est de leur côté" 2,30 €
-"On va jouer un match après l'autre" 2,50 €

Modèle "après-match"
-"Ça s'est joué sur des détails" 0,12 €
-"Ils n'ont rien montré" 1,60 €
-"Il faudra que l'arbitre m'explique" 54,67 €

Remise 30% sur le pack complet.
Maison Poncif et fils, rue des marronniers.




Matériel d'arbitrage

Carton Rouge avec bossage en Braille pour arbitres daltoniens : 1 €

Ballon avec grelot intérieur (très utile pour avoir une idée de la zone où se situe l'action) : 54 €

Boules Quiès (à toutes fins utiles), la boite de 24 : 2,50 €.

Pour arbitrer match entre malentendants : sifflet sans roulette avec langue de belle-mère : 3,50 €

Pour arbitrer match entre malcomprenants : Tranxène comprimés 10 mg 3,68 €. 1 cp 1h avant la rencontre, 3 cp en sortant du terrain.

CD Bobby McFerrin (Don't worry be happy) : 12 €






(PCC... l'Os à Moëlle)










lundi 29 mars 2010

Un sport de brutes

"Nous appellerons lieu commun l'espace où se rencontrent nos rêves perdus et nos petits bonheurs présents" (Robert Gélis).

Le rugby, bien qu'il soit un sport de brutes, est une école de la vie, forme les hommes (j'ajoute : et les femmes, mais c'est là un lieu moins commun...), apprend la solidarité, éduque au respect des règles, n'en jetez plus la coupe est pleine, et bien sûr tout ça est vrai. Un peu chiant à entendre rabacher, d'accord, mais plutôt bien vu.

Et ça prend un autre éclairage, bien plus réel et plus coloré dans la vraie vie (celle des vrais gens, quoi).

Un samedi sur le pré, à la mi-temps du second match de l'après-midi. Score nul à la mi-temps, et grosse bataille de minimes à XV contre XV, "rouge et blancs" contre "blanc et rouges"... Les "rouge et blanc" sont fatigués par le jeu sous la pluie et dans le vent, contre des équipes physiquement plus lourdes. La vitesse et la vaillance ont fait l'équilibre, mais jusqu'à quand ? Les deux entraîneurs-éducateurs commentent, recadrent,encouragent, bref ils font leur boulot...

Et puis le capitaine s'avance dans le cercle. Et il parle à ses coéquipiers. "Ces gars-là il y a trois mois il nous ont battu 82 à zéro (!). Aujourd'hui on les tient. Vous voyez la progression ? et maintenant on va faire mieux que ça. On va gagner ce match, ces gars-là on va les battre. On va les battre parce qu'on s'aime. Parce qu'on est ensemble et solidaires. On sera plus forts qu'eux parce qu'on s'aime. Vous le croyez les gars ? on y va ? on va gagner !

Et les minimes de repartir batailler côte-à-côte derrière leur "capitaine de quinze ans"...

C'était pas grand-chose, juste la vie de ce jeu dans les bons jours. Mais moi ça m'a fait ma journée. Et mon week-end.
Et même mon lundi ;o)

samedi 20 mars 2010

ATTENTION LES YEUX !

Aujourd'hui, je me sens l'âme d'un précurseur ( façon élégante de dire que j'ai deux fils qui se touchent).

Je jette ma télé aux orties, et je vais voir le rugby au cinoche... En direct et en 3D !

A moi les pectoraux tridimensionnés, les charges furieuses de La Bûche jusque sur mes genoux, le duel les yeux dans les yeux avec Hartley... Oups.

Ne vous inquiétez pas pour moi, j'aurai mes lunettes. Un peu de guingois mais bon, on ne se refait pas.














Bon match à vous aussi, je vous raconterai.
...
...
... (Quelques heures plus tard)


Alors c'est nouveau, ça vient de sortir, maintenant on joue comme des cochons sous la pluie contre les rosbifs et on gagne. C'est comme ça, faudra juste s'habituer.


Ah oui, et les pionniers de la 3D au cinoche c'était comment ? Ben, c'était flou, c'est net... 
Mon demi de mêlée de fiston et moi on est partis à la mi-temps pour voir la fin du match at home, because les sympathiques commentaires de Jean-Louis Calmejane et Gérald Martinez ne suffisaient pas à masquer les énormes lacunes techniques de la retransmission. De nombreux plans étaient totalement floutés (pire que Ricky) (arf) par absence de mise au point. 
Dans le meilleur des cas, il y avait toujours une zone de l'écran nette. Rarement celle où le jeu se déroulait, hélas. (Rien à voir avec le niveau de qualité de l'image 3D d'Avatar)
La réalisation était très près du jeu : beaucoup de plans au ras du sol, ce qui n'est pas désagréable en soi, mais les sauts incessants de champ à contre-champ à tout moment étaient très déstabilisants, on perdait la continuité du jeu qui était déjà difficile à suivre par la mauvaise qualité des images.


Bref en deuxième mi-temps c'était beaucoup mieux, la Guinness était fraîche, mon canapé moëlleux, et la téloche en 2D à coins carrés parfaite.

ET ON A GAGNÉ ! (en fait ils ont perdu, c'est encore meilleur).

mardi 16 mars 2010

Boite à gifles

Allez, c'est bientôt le crunch, on peut ouvrir la boite à gifles médiatique, en attendant mieux...


Je sens que ça frémit, un peu sur le Net, un peu dans l'Equipe, la mayonnaise va monter très fort autour de ça :





En résumé pour ceux qui ont pas tout suivi :
Attoub, fourchette, 70 semaines, Dupuy, fourchette, 23 semaines, Burger, fourchette, 12 semaines, Hartley, fourchette, (récidiviste), 1 sélection en plus.  

Chaud devant !

mercredi 10 mars 2010

Démosthène

Voici les faits, tels que rapportés dans l'Équipe de ce mardi 9 mars :


































Non ! ne comptez pas sur moi pour vous resservir une indigeste démonstration sur le rôle exemplaire du champion et les enfants trahis, ce n'est pas le genre de la maison. Et comme disait qui vous voudrez, que celui qui n'a jamais fauté lui resserve une deuxième bière.

Mais quand même, ce n'est pas parce qu'on se met volontiers à sa place qu'on n'a pas le droit de chambrer un peu ?

Sérieusement, où JPR a-t-il été chercher tout çà ? je l'avoue je n'ai pas su retrouver sur le Net l'origine du mythe en question, et pourtant j'étais motivé, étant de ceux qui pensent qu'il faut leur couper les ailes, aux mythes, avant de se faire manger l'haleine sur le dos.

A posteriori, (comme disait la Venus hottentote), je suis tombé sur ce remarquable article fort justement intitulé "Pouvez-vous battre l'alcootest ?", et dont l'extrait ci-dessous nous explique en détails ce qui a foiré dans le cas de notre ami gallois :

"Énumérés ci-dessous quelques mythes courants et des faits sur essayant de battre l'ivressomètre. 

Mythe: Les Couilles sur pennies. La plupart des gens savent que sucer un sou, ou tout autre type de changement, ne dupent pas l'ivressomètre en enregistrant une faussement faible concentration d'alcool dans le sang (BAC). Encore plus bête c'est que les gens qui croient qu'il pense que l'astuce fonctionne Penny raison de la concentration élevée en cuivre le penny. Pennies ont été faits de 97,5% de zinc, depuis les années 1980."

Il s'agit bien  là d'une citation en copier-coller. Ce qui permet de se rendre compte que les machines à traduction automatiques de chez GlooGloogle ne sont sans doute pas blanc-bleues elles non plus, eh ?


Pour en revenir au fait divers qui nous préoccupe, cela n'a quand même pas dû être si simple pour notre héros de prouver par une élocution impeccable que non, il n'avait pas bu ou si peu, et que oui, il était en état de conduire, avec ses trois pièces de monnaie tintinnabulant sous sa langue -en supposant qu'il ait bien mis les pièces sous sa langue.