Mon penchant pour la procrastination me pèse vraiment... C'est décidé, demain j'arrête.

lundi 29 mars 2010

Un sport de brutes

"Nous appellerons lieu commun l'espace où se rencontrent nos rêves perdus et nos petits bonheurs présents" (Robert Gélis).

Le rugby, bien qu'il soit un sport de brutes, est une école de la vie, forme les hommes (j'ajoute : et les femmes, mais c'est là un lieu moins commun...), apprend la solidarité, éduque au respect des règles, n'en jetez plus la coupe est pleine, et bien sûr tout ça est vrai. Un peu chiant à entendre rabacher, d'accord, mais plutôt bien vu.

Et ça prend un autre éclairage, bien plus réel et plus coloré dans la vraie vie (celle des vrais gens, quoi).

Un samedi sur le pré, à la mi-temps du second match de l'après-midi. Score nul à la mi-temps, et grosse bataille de minimes à XV contre XV, "rouge et blancs" contre "blanc et rouges"... Les "rouge et blanc" sont fatigués par le jeu sous la pluie et dans le vent, contre des équipes physiquement plus lourdes. La vitesse et la vaillance ont fait l'équilibre, mais jusqu'à quand ? Les deux entraîneurs-éducateurs commentent, recadrent,encouragent, bref ils font leur boulot...

Et puis le capitaine s'avance dans le cercle. Et il parle à ses coéquipiers. "Ces gars-là il y a trois mois il nous ont battu 82 à zéro (!). Aujourd'hui on les tient. Vous voyez la progression ? et maintenant on va faire mieux que ça. On va gagner ce match, ces gars-là on va les battre. On va les battre parce qu'on s'aime. Parce qu'on est ensemble et solidaires. On sera plus forts qu'eux parce qu'on s'aime. Vous le croyez les gars ? on y va ? on va gagner !

Et les minimes de repartir batailler côte-à-côte derrière leur "capitaine de quinze ans"...

C'était pas grand-chose, juste la vie de ce jeu dans les bons jours. Mais moi ça m'a fait ma journée. Et mon week-end.
Et même mon lundi ;o)

7 commentaires:

Gabrielle a dit…

hé, vaut mieux être une brute sur le terrain que dans la vie :)

c'est ça l'esprit du sport-co la satisfaction c'est de bien jouer ensemble et d'avoir été solidaire...
et comme toi je suis persuadée que ce qu'on ressent sur le terrain, on le récupère dans la vie.
alors que les plaquages, les coups pris et donnés, on garde ça sur le terrain.
c'est magique non? ;)

Pascalou a dit…

Pour sûr !
Moi ce qui m'a émerveillé c'est d'entendre ce capitaine, au lieu de faire appel dans son discours à l'excitation des vertus guerrières, à la hargne contre "l'autre", au vocabulaire belliqueux qui est souvent d'usage en ces circonstances, en appeler directement à ce qui fait la force d'une équipe en n'hésitant pas à employer des "gros mots" (ceux qui violent la pudeur des mecs !). On se fait la bise parce qu'on est des amis de rugby, mais on ne se dit pas qu'on s'aime. Quand les coéquipiers se l'entendent dire par ce garçon-là, pile à ce moment-là, ils le reçoivent en plein coeur, et ils repartent au combat du rugby avec la banane, sans avoir besoin de haïr ceux d'en face pour les partager en deux si besoin...

Snödroppe/Sophie a dit…

D'une, voilà un super capitaine et de deux, voilà une super équipe. Moi aussi, ça m'aurait fait plusieurs jours et filé un sourire niais [comme dit petite ailière] intérieur et/ou extérieur.

Pascalou a dit…

...les deux, mon capitaine !

pierrotla tombal a dit…

S'aimer plus pour gagner plus!
Il est pas beau le programme...

Pascalou a dit…

Un chouette programme pour notre sport d'élection...

Frederic a dit…

Pascalou, je n'ai pas ton mail pour te remercier de ta contribution Sherlock Holmesienne à mes recherches iconographiques... ;-)

J'ai ajouté des liens mi-rugby mi-héraldiques à la suite de tes commentaires qui pourraient t'intéresser...