Mon penchant pour la procrastination me pèse vraiment... C'est décidé, demain j'arrête.

mardi 23 novembre 2010

Envoyé spécial



(Stade Suzanne Glagla (Paris 15°), ce dimanche 20 novembre)

En français traduit du patois nissart, sekayer (verbe du quatrième groupe, à la conjugaison légèrement tremblotante) signifie "jouer en déplacement" :
  • je msuikayée à Saint-Etienne
  • tu tékayée à Nancy
  • elle sékayée à Paris
Le verbe, malgré l'irrégularité flagrante de sa conjugaison, sert beaucoup aux Pitchounettes du RNCAUR quand elles consultent le calendrier de la saison.

Il se conjugue également au futur :
  • nous noukayrons à Lyon
  • vous voukayrez à Nanterre (le long de la main-courante)
  • elles sekayront à Sélestat et en Savoie
Franchement, même les plus cons des cons de rugbymen poilus qui rigolcomdékon (bon j'arrête) dès qu'on parle de rugby de filles auraient pu comprendre ce dimanche après-midi à Paris que pour jouer ce championnat de Fédérale I à 1500 km par week-end, sur les mêmes improbables terrains que les leurs, par 5°C avec un léger vent diffusant un agréable crachin, il faut aimer le sport. 
Ce sport. 
Ce dimanche-là comme les autres, c'était ce même sport.
Avec des soutien-gorge,  c'est du rugby, c'en est encore, qu'on se le dise.
Avec les mains bleues de froid recroquevillées à l'intérieur des manches quand le ballon s'éloigne.
Avec les bras écartés du corps et les épaules à la hauteur des oreilles comme mon pote gardien de but à qui on disait "Jojo, lâche tes seaux" quand il faisait le poireau dans la gadoue glacée...
Avec le spray réfrigérant projeté sur les muscles martyrisés. (argh)
Avec le carême glacé du banc des remplaçantes.
Avec des chocs des cris des valises et des cartons, avec des chauvins là où il faudrait du vin chaud.
Avec des débordements divers, des tentatives qui finissent par des essais, et des essais qui échouent, et des supporters qui sont chou, aussi, des fois.

Bref, Paris XV a battu Nice. ( le score ? je viens de le dire : Paris 15, Nice 0)

Mais les niçoises auraient pu en prendre plus, si elles avaient lâché le morceau une fois le match perdu, ce qu'elles n'ont pas fait. Elles ont pris leur troisième essai sur une "contre-attaque contrée"... et auraient mérité de concrétiser dans les dernières minutes une belle avancée jusqu'aux abords de la terre promise. 
Mais elles n'ont pas marqué parce qu'en face les parisiennes étaient arc-boutées pour ne rien lâcher, même menant 15-0 à la 77ème.

La compétition c'est ça, et peu importe tout le reste.

Mais au fait, me direz-vous "que faisais-tu, Pascalou, si loin de tes bases castanéennes, à te cailler les miches au au bord de ce paillasson géant (un ancien habitué du lieu m'a demandé : il restait un peu d'herbe, en novembre à Suzanne Lenglen ? ben oui, plein, maintenant elle est en plastique vert...) ?"

C'est simple : je suis le Président du Fan-Club de Petite Ailière...

Alors j'assume , et c'est promis je reviendrai.

Petite Ailière "dans le dur"...









8 commentaires:

matthieu en voisin a dit…

Salut Pascalou,
c'est là que s'entrainait le Stade Français la saison passée et que je faisais quelques photos. Ce week-end, je ne pouvais pas, mais j'irai voir jouer ces filles de Paris, c'est à côté de chez moi. A+

pierrot la tombal a dit…

Merde! ça c'est du supporter...
Bravo Président!
T'as pas besoin d'un premier ministre?

pierrot la tombal a dit…

Au fait! quand est-ce qu'elle vient à Sassenage ta star?

Minnie a dit…

Dommage - mais adiéou Baraca, les pitchounettes? Surtout pas, malheur: issa Nissa! Bon courage aux tchinées.

Pascalou a dit…

Pierrot, ce qui est sûr, c'est que je souhaite aux Pitchounettes de jouer un jour contre Sassenage !
Minnie, ton nissart est meilleur que le mien. Mais je suis d'accord : issa Nissa !

mariel75 a dit…

ah bah fallais le dire avant, je serais venue mekayer avec toi!
Ou pas, en fait :) Petitmari aurait mal pris que j'aille voir jouer les filles de P15 (et de Nice), plutot que lui! ;)

Pascalou a dit…

Peut-être que quand il aura raccroché les crampons il voudra bien venir voir jouer les petites parisiennes ?
Oups je crois bien que j'ai dit une connerie, là ? ^^

Gabrielle a dit…

brr... les matchs par ce temps c'est toute une aventure.

quand chacune empile ses vêtements et multiplie ses recettes persos pour ne pas souffrir du froid dans les vestiaires...